Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves - Marc Antoine Mathieu


Découvrir Julius Corentin Acquefacques prisonnier des rêves, c'est découvrir une bande dessinée qui vous emmènera là où aucune autre BD n'est jamais allé.

L'histoire : Julius Corentin Acquefacques est fonctionnaire au ministère de l'humour, fonction dont il s'acquitte avec le plus grand sérieux. Il est certes obligé de sous-louer son placard à son voisin du fait des restrictions de place. Tout pourrait aller pour le mieux dans le pire des mondes si, un jour, il ne recevait par la poste une page arrachée d'une bande dessinée, page qui le représente en train de regarder une bande dessinée où il est dessiné en train de regarder une bande dessinée... Son enquête, afin de comprendre qui a bien pu lui envoyer un message aussi énigmatique, va le mener jusqu'au bout du monde, de son monde, jusqu'à l'anti-case..
Ouvrir Julius Corentin Acquefacques c'est s'aventurer dans une BD hors-norme.
Une BD qui explore les limites même de la BD. Mises en abime, interrogations métaphysiques, sentiment de l'absurde, Julius Corentin Acquefacques interroge toutes les conventions de la BD jusqu'à faire exploser le cadre de celle-ci. Julius Corentin Acquefacques pourrait n'être qu'une œuvre conceptuelle brillante mais ennuyeuse. Or rien de tout cela : dans un dialogue constant entre le fond et la forme Julius Corentin Acquefacques est une BD passionnante tant par l'histoire racontée que par l'ingéniosité avec laquelle elle est racontée.
Sans trahir l'effet de surprise, chaque album est bâti sur l'exploration, puis l'explosion d'une des conventions de la bande dessinée, convention qui sera malaxée, triturée par le médium lui-même jusqu'à sa limite, jusqu'à sa fragmentation. Une idée de génie (n'ayons pas peur des mots) est ainsi nichée au sein de chaque ouvrage. Cette idée est au cœur même de l'histoire. Mais en dire en plus serait gâcher le plaisir de la découverte.

Julius Corentin Acquefacques est une BD ultra référencée : Acquefacques c'est aussi du verlan, les références et hommages à Hergé sont disposés comme des petits cailloux dans tous les ouvrages de Marc-Antoine Mathieu, les ombres de Beckett et de Pirandello planent sur toute l'œuvre. Nul besoin de relever toutes les références pour jouir de l'œuvre. Elles n'en ajoutent pas moins tout un réseau de significations avec d'autres œuvres, une intertextualité qui donne tout sa saveur à cette BD.

Enfin, j'ai eu la grande chance d'interviewer Marc-Antoine Mathieu qui est quelqu'un d'absolument charmant et d'une très grande gentillesse, ce qui n'est pas la moindre de ses qualités.

à qui l'offrir ?

- à un ado qui se pose des questions, et on peut même les laisser trainer en présence d'enfants ;
- à ceux qui confondent bande dessinée avec les aventures de Pif et Hercule, qui pensent que la bande dessinée c'est de la sous littérature ;
- à celui qui se demande ce qu'on pourrait bien voir si on pouvait s'insérer entre deux miroirs qui se font face tout en étant transparent (ça ne vous a jamais titillé ?).

Pour prolonger la lecture :

Si vous avez aimé Julius Corentin Acquefacques, vous aimerez peut-être :


- les autres ouvrages de Marc-Antoine Mathieu. Il a contribué à Rupestres ! qui est présenté ici. Le Dessin est une œuvre majeure, un one-shot qui rassemble l'ensemble des thématiques que Marc-Antoine Mathieu convoque dans tous ses albums, un incontournable. Aussi passionnant, L'ascension et autres récits présente les premières histoires de Marc-Antoine Mathieu : toutes les problématiques développées ultérieurement y sont en germe. J'ai été moins sensible à Mémoire morte et à Dieu en personne (où l'on voit poindre les premiers personnages féminins).
Enfin, 3" que je n'ai pas encore lu (voir la bande annonce de la BD).












- un site quasi exhaustif sur le travail de Marc-Antoine Mathieu.


- rares sont les autre livres qui vont aussi loin dans l'exploration des limites. Par association d'idées, les ouvrages de Marc-Antoine Mathieu m'évoquent irrésistiblement, par le propos et non par le style, les aventures d'Anselme Lanturlu de Jean-Pierre Petit qui traitaient, il y a une trentaine d'années, des limites de l'univers. Elles ne sont plus éditées mais lisibles en ligne. Ces deux séries ont la même puissance évocatrice du monde : elles en disent les secrets, par des biais bien différents.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sobibor - Jean Molla

Telegraph Road - Dire Straits

Le feuilleton d'Hermès - Murielle Szac