Articles

Affichage des articles du 2012

Forteresse - Georges Panchard

Image
Aahh, voilà enfin un livre qu'il est bien !

L'histoire : Adrian Clayborne est le chef de la sécurité de Haviland Corporation, une des plus importantes compagnies de la planète. En 2039, Clayborne est informé que l'Union des États bibliques américains a décidé d'assassiner Brian Mannering, le puissant président de Haviland, dans sa forteresse andalouse de Castell One, un des sanctuaires high-tech les mieux protégés du monde.
Il ignore tout des modalités de l'opération, mais il connaît son nom de code : Ghost.
Fantôme. Lorsqu'il apprend qu'un système offensif indétectable vient d'être dérobé dans un laboratoire suédois, que ce système a été baptisé Fantôme par son concepteur, et qu'un mercenaire allemand qui a déjà travaillé pour l'Union est impliqué dans l'affaire, il fait le rapprochement. Mais quelle relation cela peut-il avoir avec le suicide, deux ans plus tôt, d'un modeste peintre d'Oklahoma City, spécialisé dans l'image…

Anno Dracula - Kim Newman

Image
L'histoire : Dracula a gagné, Bram Stocker s'est trompé dans ce que nous croyons être un roman. L'échec de Van Helsing lui a valu d'avoir la tête sur une pique des grilles de Buckingham... Car sitôt les héros de Stocker défaits, Vlad Tepes a séduit la Reine Victoria qui en a fait son prince consort.
L'empire des non-morts se confond progressivement avec le Commonwealth. La société britannique, en cette année 1888 se transforme. Devenir un non-mort est du dernier chic et les servantes dégrafent leurs corsages pour rassasier les invités aux longs crocs, des projets visent désormais à obliger les sangs-chauds à ouvrir les magasins la nuit seulement... Les gardes Carpates du Prince font subir les pires avanies aux sangs chauds, l'empalement sans autre forme de procès a lieu à chaque coin de rue... Pendant ce temps, un tueur rode dans le brouillard londonien. Il massacre les prostituées vampires avec un scalpel d'argent. Un tueur, hanté par un souvenir, un tueur …

Back from Utos

Image
Ça y est, les Utopiales sont terminées.
Le hashtag sur twitter ne bouge plus, les auteurs sont repartis vers d'autres cieux, les expos sont remballées, les conférences et rencontres sont enregistrées et pour ceux qui n'ont pu venir, ou assister à tout ce qu'ils souhaitaient voir, des séances de rattrapages sont accessibles sur le très chouette site d'ActuSF aux utopiales (merci à eux).

Je n'ai pu y aller qu'un petit après-midi, le jeudi, encore calme et pourtant fréquenté.
Je garde pêle-mêle le souvenir de rencontres avec Nathalie Le Gendre, Laurence Suhner, Laurent Genefort, Nancy Kress (enfin une anglo-saxonne qui ne fait pas seulement "the job", c'est-à-dire une signature, un sourire et puis c'est tout), Georges Panchard, Norman Spinrad, Éric Picholle vraiment accessibles et chaleureux ! Merci à eux également.

J'ai donc acheté (et fait dédicacer of course):




Je n'en reviens pas d'être resté si sage... je me suis furieusement…

Les Utopiales 2012

Image
Dans une semaine, les Utopiales battront leur plein à la Cité des Congrès de Nantes.

Pour ceux et celles qui l'ignoreraient encore, les Utopiales est LE festival de SF en France. Enfin, celui auquel je peux aller. Quand je ne suis pas cloué par un lumbago mortel comme l'année dernière, qui m'a fait rater la rencontre avec Alex Alice et une dédicace pour son magnifique Siegfried. J'enrage encore.
Si le dieu des lombaires me prête force, j'errerai dans les travées des Utopiales dans la quête de quelques signatures d'exotiques auteurs (oui, j'ai le fétichisme du bouquin dédicacé). Car les Utopiales est le salon où viennent de lointains auteurs. Cette année RC Wilson (dont je n'aime pas les textes), Neil Gaiman (non plus) mais aussi Nancy Kress dont Les hommes dénaturés n'était pas si mal, ou encore Laurence Suhner auteur d'un récent Vestiges qui me fait de l’œil.

Il y a également, nouveauté, des cours, et comme d'habitude des expos, le pôle asiati…

Présumé coupable - Isabelle Guso

Image
Lorsque Présumé coupable est paru il y a deux ans, la petite blogosphère que je lis (en bas à droite de l'écran) s'est enthousiasmée pour cette novella d'Isabelle Guso, ici par exemple. Et moi aussi (pour faire bonne mesure, une critique négative ).

Et je retarde ce billet depuis des mois. Il traine dans mes brouillons et me nargue tant je l'évite. Ce n'est pas son objet, délicat (la pédophilie), qui me pose problème, j'en ai déjà parlé . C'est que, pour la première fois depuis le début de ce blog je crains, par mon propos, de réduire, d'enfermer ce texte dans son sujet et d'en trahir la puissance.
Tiens, combien d'entre vous sont déjà partis depuis que le mot "pédophilie" est écrit, combien se sont immédiatement dit, subrepticement ou impérativement "oh ! j'ai pas envie de le lire si ça parle de ça".

Et pourtant.

Les livres qui happent et embarquent le lecteur sans le lâcher ne sont pas si rares. Présumé coupable en fait…

Les parents de Stanley Kubrick

Je ne sais pas ce que lui ont fait ses parents mais Stanley Kubrick leur fait chèrement payer.

Entendons-nous bien, je ne suis pas un spécialiste de Stanley Kubrick, je n'ai même pas vu tous ses films. Je n'ai pas lu les ouvrages que Michel Ciment lui a consacré.
Si ça se trouve je suis en train de réinventer l'eau chaude ou de découvrir quelque chose que les kubrickophiles connaissent depuis longtemps.
Pour ma part, je fais partie de ceux que 2001 l'odyssée de l'espace sidère tant l'impression, au sens littéral du terme, qu'il me laisse est forte (on est moins nombreux d'un coup, non ?). Après je peux comprendre la sensation d'hermétisme et de ne pas réussir à entrer dedans.
Mais bon ce message n'a pas pour but d'expliciter ma dévotion à 2001 mais à s'interroger sur un aspect mineur mais néanmoins récurrent de l'œuvre du grand Stan.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la peinture qu'il fait des relations parents-enfants est pr…

Person of interest ou De la valeur prédictive des séries US

Image
L'histoire : un SDF est attaqué dans le métro. Il se défend comme seul un homme surentrainé peut le faire. Arrêté, il s'échappe alors que le détective Carter s'intéresse à lui. Il est alors retrouvé par un certain M Finch, milliardaire boiteux qui lui propose un deal. Ce dernier est l'inventeur d'un système informatique qu'utilise l'état dans sa lutte anti-terroriste. Ce système écoute et enregistre tout le monde, tout le temps en mobilisant l'intégralité des ressources de vidéosurveillance. Il est à même de prévoir, par l'analyse des contenus, les attentats à venir. Mais l'État laisse de côté tous les meurtres de droit commun, pour ne pas reconnaître qu'il utilise un système liberticide. M Finch a conservé une back door, un accès discret au système qui lui permet de connaitre l'identité d'individus qui vont être impliqués dans un meurtre dans les 24 h.
Mais victime ou criminel ?
M Finch et M Reese, qui agissent en bons samaritains tan…

Éloge du cul (et autres textes) - Alain Paucard

Image
Bon, là on passe aux choses sérieuses.

Vous trouverez des vrais mots cochons dans les lignes à suivre.
Avis aux âmes sensibles, les pudeurs de certains peuvent ne pas être respectées, tenez-le vous pour dit.

Que ceux (ou celles) qui pensent que l'alignement des lettres b + i + t + e (un exemple totalement pris au hasard, vous en conviendrez) ne sont pas que de simples pixels sur l'écran, ni seulement des images et concepts recréés par votre esprit, mais que le sens du mot éclabousse de manière indélébile cet alignement de lettres. Eh bien ! qu'ils passent leur chemin s'ils risquent d'être choqués. Nul n'est forcé de lire, d'ailleurs. On y reviendra plus bas.

J'ai ressorti l'Éloge du cul de mes étagères pour participer à une lecture de textes érotiques dans la librairie que je fréquente. Je l'avais plus acheté pour la couverture et le titre, intrigants vous en conviendrez, qu'autre chose. Heureuse surprise !

Autant le précédent ouvrage érotique pr…

Revue de Blog (3)

Troisième point sur la vie du blog après 9 mois d'existence.

Le blog continue à bien vivre malgré l'assoupissement estival. La fréquentation continue à progresser et atteint 3180 pages à ce jour.
Merci à vous !
Le message le plus lu (220 fois) est l'indétrônable Feuilleton d'Hermès, qui caracole toujours largement en tête. Il distance largement l'inexplicable Bienvenue à Boboland (91) qui est talonné par La Préhistoire du cinéma (78) suivi de très près par deux challengers Télégraph Road et Sobibor(74). Enfin deux petits nouveaux messages montent très vite : Le roi de la forêt des brumes (54),Hôtel des voy(ag)eurs (48). Ils ont cependant fait tous les deux l'objet d'un tweet.
Côté lecteurs, vous venez toujours de partout : de France principalement, mais aussi de Russie, de Mountain View aux USA, de Belgique, d'Allemagne, du Canada principalement.
Coté écriture, à part un petit coup de mou pour la reprise, les idées ne manquent pas.


Dans tous les cas vous…

Le roi de la forêt des brumes - Michael Morpurgo

Image
L'histoire : Ashley vit avec son père, missionnaire en Asie du sud-est au début des années 40. La guerre se rapproche. Il doit fuir avec Oncle Sung, son parrain, et traverser l'Himalaya. Une nuit dans un refuge en altitude, il disparait...
Enlevé par une créature énigmatique, il vit coupé du monde durant deux ans, dans une vallée au cœur du massif montagneux. Au contact de ces grands singes à l'intelligence quasi-humaine, il découvre une autre forme d'humanité et surtout qu'il n'est pas le premier humain a avoir vécu parmi les yétis...

Michael Morpurgo est un très grand écrivain britannique.
Tous les héros de ses ouvrages sont des enfants ou adolescents. Dans Le roi de la forêt des brumes, Michael Morpurgo nous montre qu'il est un grand connaisseur du monde de l'enfance, un auteur qui sait écrire à hauteur d'enfant (il est en cela proche de Agnès Desarthe). Sans mièvrerie, ni affèterie, il transcrit dans une langue sensible et juste, le grand sentime…

Hôtel des voy(ag)eurs - Gilles Bachelet

Image
Pour préparer vos soirées d'hiver. 




L'histoire : une nuit, à l’hôtel des Voyageurs, il se passe de drôles de choses... Les coussins se déhoussent, se frottent les uns contre les autres, de plus en plus... près.
La porte s'ouvre.
Polochons, traversins, oreillers et coussins entrent en convoi. Classiques ou cloutés, tassés et usés ou jeunes et rembourrés, gros et petits, fins et longs ou larges et tassés, exhibitionnistes ou voyeurs, partouzeurs et onanistes, tous se sont donnés rendez-vous dans cette chambre pour se livrer à une partie de plumes en l'air...

Dans cette histoire sans paroles, Gilles Bachelet, plus connu pour sa série du "chat le plus bête du monde", s'adonne à un genre bien particulier, l'album pour adulte.
Alors, évidemment, aucun humain n'entre dans cette chambre d'hôtel. Seuls les coussins et polochons... s'agitent.
Mémoire des nuits de l'hôtel ou anthropomorphisation de la literie ? Les deux lectures sont possibles.
Et nous …

Vos livres pour l'été ou les livres inlachables

Image
Comme de nombreux autres blogs, Les lectures de Cyril se met en pause estivale pour cause d'événement privé qui va m'occuper un peu, et pour pouvoir lire un peu... plus !
Mais ne pensez pas que je vous plante là, comme ça, en rase campagne, je pense à vos vacances et vous propose une sélection spéciale "plage".
Non, non, pas des livres qui parlent des vacances ou de la plage, mais des livres qu'on a tellement envie de lire, qu'on les lit même sur la plage

Parce que, sérieusement, on est très mal pour lire sur la plage.

Entre le sable qui se met partout et flingue n'importe quel bouquin, le gras de la crème solaire qui traverse le papier recyclé, les enfants qui veulent que vous leur refassiez le Haut-Koenigsbourg au 1/1000e pour le concours du plus beau château de sable de la plage, l'impossibilité de trouver une bonne position qui le reste plus de cinq minutes (allongé : les bras sont lourds quand on porte le livre à bout de bras, accoudé : les omoplates…

Revue de blog (2)

Deuxième point sur la vie du blog après 6 mois d'existence.

Les trois premiers mois la fréquentation était assez anodine, ce qui est normal, car je n'ai pas moi-même une grande présence dans la blogosphère. Je lis quelques blogs, mais je ne poste pas particulièrement (ils sont toujours là, en bas sur la droite). Cependant la fréquentation s'est envolée et atteint 1808 pages.
Merci à vous !

Le post le plus lu (82 fois) est celui consacré au Feuilleton d'Hermès, le très bel ouvrage de Murielle Szac. Il a détrôné La Préhistoire du cinéma (63) qui se bat quotidiennement pour la deuxième place avec deux challengers Télégraph Road (55) et Bienvenue à Boboland (58), deux autres critiques dont les bonnes fréquentation ne laissent pas de m'étonner pour une chanson longue de 14 minutes et datant de 30 ans ainsi qu'un ouvrage dont je ne vante pas les qualités... Il semblerait que Telegraph Road ait fait l'objet d'une citation sur Facebook vu l'origine des visites…

Le Tueur - Jacamon et Matz

Image
Le tueur, c'est son nom. C'est son métier.
Cela fait dix jours que son "contrat" devrait être là, en face de l'appartement où il se planque. Dix jours, sans rien, sans un signe, ni un mouvement.
Alors il pense, il réfléchit. Il se remémore le parcours qui a fait de lui un tueur à gages.
Vaguement étudiant en droit, il se propose de faire peur à un ennemi d'ami. Sauf qu'il ne lui fait pas peur, il le tue. Au cours d'une conversation, il en parle à demi-mot à son prof. Loin de le dénoncer, celui-ci le conseille et devient progressivement son employeur principal.

Bon, toujours rien en face...

Ce n'est pas qu'il aime ça tuer, non, mais ça lui permet de ne pas être un mouton, écrasé par un système qui broie les individus et les peuples. Un système qui repose sur une montagne de cadavres à travers l'histoire.

Putain, qu'est ce qu'il fout ?

Un système où chacun est complice a minima par ignorance, inertie, je-m’en-foutisme ou lâcheté ou, au pire…