Articles

Affichage des articles du avril, 2012

L'usage des armes - Iain M. Banks

Image
L'histoire : Cheradenine Zakalwe est un mercenaire. Lorsque Circonstances Spéciales le contacte pour une mission de déstabilisation dans un système qui ne fait pas partie de la Culture, il n'hésite pas. Or, cette mission, a priori banale va se télescoper avec les souvenirs de Cheradenine qui remontent progressivement. Cette mission est-elle ainsi si banale ? Et pourquoi est-ce lui que Circonstances Spéciales a embauché ?

L'usage des armes est un des tomes du cycle de la Culture de Iain M. Banks.
Ouvrir un livre de la Culture c'est vraiment entrer en science-fiction. Au sens de découvrir un monde résolument autre. Un monde, un avenir probable et pourtant singulièrement étrange, à mille lieux des représentations traditionnelles de la SF.
La Culture est une société galactique. Elle est la société, la fin de l'histoire. Une société anarchique, ultra tolérante où tous les humains voient tous les désirs satisfaits et mènent des vies à crever d'ennui dans des vaisseaux g…

Les chroniques du soupir - Mathieu Gaborit

Image
Rédiger cette chronique me fend le cœur.

J'ai dit autour de moi depuis des années tout le bien que je pensais de Mathieu Gaborit. Car pour moi qui n'aime pas vraiment la fantasy, son écriture offre une vraie originalité. Précisons un peu les termes.
Je n'aime pas la fantasy en général, car à mon sens, son écriture est assez stéréotypée et, si j'aime bien entrer de temps en temps dans un univers assez évocateur, les trop longues sagas me lassent. Or la fantasy a érigé la trilogie en règle, la décalogie en exception qui la confirme, le prince caché en topos et le méchant seigneur des ténèbres en caricature.
Oui, mon propos est excessif, ma méconnaissance de tous les écrits sortis depuis des années dans le domaine est crasse, toutes critiques que j'accepte. Mais d'abord je suis chez moi (je sais, l'argument est pauvre) et les centaines d'ouvrages qui s'amoncellent dans ma bibliothèque et autour du lit (oui, chérie, je vais ranger...) me privent du temps n…

Le feuilleton d'Hermès - Murielle Szac

Image
Un livre comme cela je l'ai cherché longtemps.

Aussi incroyable que cela paraisse, il n'existait aucun ouvrage non pas sur la mythologie grecque, mais tout simplement racontant les mythes, dans des textes accessibles pour les plus jeunes.
Des documentaires jeunesse sur la mythologie, il y en a des quantités, qui expliquent les attributs de tel et tel dieu. Conceptuellement c'est même assez problématique, des documentaires de mythologie.

Des documentaires de mythologie.

En revanche, aucune version littéraire accessible pour les plus jeunes. Hormis la version des éditions Usborne pour les plus petits et qui fait l'impasse sur toute la dimension psychanalytique des mythes pour ne garder que la trame narrative, il n'y avait aucune version accessible pour les enfants de moins de 10 ans. En soi c'est vraiment surprenant que personne n'y ait pensé auparavant.
Jusque Murielle Szac. En cent épisodes, elle réécrit toute la mythologie grecque en reprenant le principe utili…

La face perdue de la lune - Benjamin Legrand

Image
L'histoire : Téren Fédor est un bleu, un bleu bite comme dirait le lieutenant Sahila Pendji. Normal, il vient d'arriver sur la lune, après cinq ans passé chez les Diggers sur le plancher des vaches à creuser pour récupérer et filtrer toutes les merdes bactériologiques, chimiques, radioactives qui ont infestés la Terre durant les guerres du XXIe siècle.
Maintenant c'est un Dumpmen. Un membre de ce corps d'élite qui veille sur ce tas d'horreurs entassées sur la lune, nouveau dépotoir planétaire.

Après la deuxième guerre de l'eau au début du XXIIe siècle, un nouveau pouvoir s'est fait jour, la Nouvelle Éthique de l’Être, rassemblant religieux de tous bords et scientifiques afin de nettoyer la terre et donner un sens à la vie de millions d'orphelins et de survivants de ces guerres. Comme un sursaut de l'humanité au bord du gouffre. Si la NEE a réussi à s'imposer, elle doit cependant lutter contre les pouvoirs en voie de disparition : militaires, vende…

The Misfits (3 saisons)

Image
Les séries sont à la mode depuis quelques années.
Chacun trouve des pépites et se les refile comme autant de bons plans. Parfois ils s'éventent comme autant de promesses non tenues (Dirty sexy money ou Flashforward).
D'autres n'obtiennent pas la notoriété qui devraient être la leur. Fidèle à mon souhait de vous faire découvrir des œuvres réjouissantes, je me fait l'écho de mon fournisseur attitré de bonnes séries. Vous pouvez cliquer chez le sieur Henri (que je ne connais pas au delà du clavier) mais il n'y a le plus souvent que du bon.
Il a présenté les Misfits, ici et .

Trop tentant.

L'histoire : cinq jeunes adultes enfilent leur tenue pour faire leur TIG. La foudre leur tombe dessus et, au fil des épisodes, ils vont découvrir qu'ils ont acquis un super pouvoir.
Attention, ici rien à voir avec les superhéros de type Marvel (Spiderman and co). Il s'agit juste d'une exacerbation d'un trait saillant de leur personnalité. Et le plus souvent c'est …

Voyages dans le futur, l'aventure cosmique de l'humanité - Nicolas Prantzos

Image
Derrière tout lecteur de SF il y a un passionné de science qui s'ignore.
Et combien de scientifiques le sont devenus à la suite de leurs lectures de jeunesse (un jour il faudra interroger le topos lecture SF=lecture adolescente) ? Science et science-fiction sont en interaction constante à l'image de l'exposition à la Villette présentée ici et dont le catalogue est chroniqué .
Tout un courant de la SF des années 90, la hard-science SF ou hard SF repose d'abord sur la crédibilité scientifique des extrapolations de l'histoire racontée. On y trouve pèle-mêle les romans de K.S. Robinson avec la trilogie martienne (Mars la rouge, Mars la bleue, Mars la verte) qui est plus un manuel de géologie martienne qu'autre chose (en tout cas pas une oeuvre littéraire, l'épaisseur et la subtilité des personnages étant inversement proportionnelles l'une de l'autre), les romans de G. Bear (L'échelle de Darwin, Les enfants de Darwin) où les personnages relèvent plus…

Sarah Cole, une histoire d'amour d'un certain type - Grégory Mardon et Russell Banks

Image
Paul est beau, riche et élégant. Tous les soirs il va boire un verre, lire le journal, fumer une cigarette et desserrer son nœud de cravate chez Osgood.
Osgood, c'est un bar un peu chic, on y croise des avocats, des gens riches, de belles femmes, de beaux costumes car la richesse rend beau. Et puis ce soir il y a Sarah, avec ses deux copines, qui ont osé entrer dans ce lieu. Sarah est ouvrière, elle est aussi laide que Paul est beau, elle est aussi vulgaire que lui est distingué. Elle aborde Paul au bar, un peu bravache, un peu provoc'. Contre toute attente, Paul engage la conversation avec elle avec une sincérité non feinte au lieu de lui renvoyer cette distante glaçante qui caractérise la réponse d'une classe lorsqu'un membre d'une autre s'aventure sur son territoire, ou fait signe d'ignorer qu'il n'est pas à sa place. Ils se croiseront plusieurs fois. Ils iront jusqu'à coucher ensemble. Jusqu'à ce que...


Grégory Mardon illustre la nouvelle…

Les livres qui résistent

Image
Il y a des livres qui ne veulent pas être lus.

Je ne parle pas des livres que je n'ai pas envie de lire, dont la personnalité de l'auteur ou dont l'idée que je me fais de leurs ouvrages, de leurs thématiques ou du traitement qu'ils en font, ne m'intéressent pas.

Non, je parle des ouvrages que j'ai envie de lire, que j'ai acheté et dont je sais qu'ils vont me plaire, mais dont j'abandonne la lecture passé quelques pages. Ce sont mes livres voyageurs car à chaque vacances je les emmène avec moi. Ils ont fait beaucoup de kilomètres et chaque essai se termine en échec.

Petite revue de ce continent rétif :




Une histoire de la lecture (Alberto Manguel).
Dans cet essai, Alberto Manguel présente une histoire de la lecture autour du monde, alternant expériences sensibles et érudition. Un livre passionnant, savant, très savant, trop probablement. Ce livre me demande une trop grande disponibilité intellectuelle pour absorber un contenu aussi dense et ardu.





La horde d…

Telegraph Road - Dire Straits

Image
Bon, ce n'est pas ici que vous écouterez des chansons courtes (et récentes).

J'allais intituler ce billet "la meilleure chanson du monde", mais cela aurait fait peut-être un peu racoleur, non ? Pourtant...
Alors je sais, ça ne date pas d'hier, puisque l'album est de 1982. Je ne vais pas refaire l'histoire du groupe, on la trouve partout.
Cependant, quelques points à savoir avant d'entrer dans ce morceau sublime (n'ayons pas peur des mots).
Mark Knopfler est un "guitar hero" des années 80 (comme Éric Clapton, Carlos Santana ou John Mac Laughlin), mais son plus grand regret est que le virtuose de la guitare éclipse le parolier.


Cette chanson raconte l'histoire de pionniers, l'histoire de leur cité, de sa fondation jusqu'à la débâcle des années de crise. Et puis, le narrateur, un homme perdu, perdu dans cette vie, entre embouteillages et histoire d'amour à la dérive.
Le sifflement du début et la chute musicale qui suit, renvoien…

Revue de blogs (1)

Après 3 mois d'existence, il est temps de faire un petit bilan de l'activité du blog.

D'abord, un projet un peu flou : je suis parti de l'idée que j'adore communiquer mes enthousiasmes de lecture et qu'il y a toujours un bon livre qui reste inconnu. En parler, donner de l'envie, essayer de transmettre ne serait-ce qu'un parcelle du bonheur qui est le mien lorsque je ne peux lâcher un bouquin jusqu'aux petites heures de la nuit... Et maintenant essayer de l'écrire. Car derrière chaque lecteur, il y a une écriture qui sommeille. Humblement mais juste essayer de m'y tenir, régulièrement. Mais surtout essayer de donner envie, au-delà de mon cercle proche, sans la voix, mais par les mots, écrits.
Au bout de quelques billets, le doute : ne parler que de ce que l'on aime risque de niveler le tout. Et puis, trop de superlatif tue le superlatif... Enfin mon expérience de lecteur de blog m'a appris qu'il est aussi agréable de lire un étrilla…

Tu ne mourras pas - Edmond Baudoin et Bénédicte Heim

Image
Cela fait trois semaines que cette chronique me tourne dans la tête et je ne sais pas par où la prendre.
Le sujet est suicidaire et mon ressenti face à la lecture le dispute entre admiration nauséeuse de la forme et stupéfaction horrifiée, c'est dire.
Bref, une lecture qui ne m'a pas laissé indifférent, et qui donc a, à tout le moins, sa place ici.

Allez, je plonge.

L'histoire : Aude est étudiante en philosophie et vit avec Étienne. Pas vraiment amoureuse, elle observe sa vie avec détachement. Ses liens se délitent progressivement avec Étienne, avec ses amies. S'enfermant progressivement dans ce qui ressemble à une dépression profonde, elle se recroqueville sur son sentiment d'étrangeté au monde. Puis, elle répond à une petite annonce pour donner des cours et s'occuper d'un garçon de neuf ans, Corentin. Le premier contact avec la mère de Corentin est assez déstabilisant car celle-ci n'a pas de mots assez durs pour décrire et mépriser son fils. D'autant …