Weird Science T1


De 1979 à 1982, il aurait été hors de question de ne pas être face à ma télévision le samedi après-midi.

Impensable. Même pas en rêve. Il y avait Temps X et j'avais 8 ans.

On dira ce qu'on voudra sur les frères Bodgdanoff. Tout et son contraire l'ont déjà été. Sauf que ce furent de véritables pédagogues, des passeurs, dans le sens le plus noble du terme.
Sciences et science-fiction réunies, abordées avec un même bonheur de comprendre le monde et ce qu'il nous réserve. Quand je regardais Temps X, ces deux frères étaient un peu les miens alors qu'ils m'expliquaient le monde et mettaient des étoiles dans mes yeux... J'en profite pour ajouter que, rencontrés dans des salons, les jumeaux sont extraordinaires de gentillesse et de générosité avec leur public. Certains auteurs pourraient heureusement s'en inspirer. Là, c'est dit.



Et puis, dans Temps X, il y avait la Quatrième dimension.




De courtes histoires, présentées par Rod Serling où le fantastique le disputait à la science-fiction. Une science-fiction des années 50, typiquement américaine, tiraillée entre fascination scientiste, angoisse techno-apocalyptique et crainte provinciale de l'étranger.
Que ce soit l'épisode de l'homme qui arrête le temps avec sa montre, celui du monstre sur l'aile de l'avion que personne ne voit sauf un seul passager, celui de l'invasion martienne de la Terre finalement supplantée par des vénusiens à trois yeux, les scénaristes de ces petites bijoux (au rang desquels Richard Matheson) se sont clairement inspirés des histoires publiées dans Weird Science.

Les éditions Akiléos rééditent les premiers numéros publiées entre 1950 et 1951 de cette revue. Quatre histoires par numéro et huit numéros, ce sont donc trente-deux histoires en 230 pages. Des histoires aux noms superbement évocateurs tels que Perdu dans le microcosme, Les sons venus d'un autre monde, L'invasion des soucoupes volantes, la micro race...

Des histoires qui se dévorent et se lisent d'une traite. Il est même quasi impossible de lâcher l'ouvrage une fois commencé. Des histoires qui passent finalement assez bien la rampe des années. Bien sûr, le dessin accuse son époque mais cela n'est vraiment pas gênant, au contraire, il s'en dégage un charme évident. Il est aussi assez amusant de constater l'évolution des sociétés américaines et plus largement occidentales, que ce soit dans la représentation du scientifique (ah, le microscope omniprésent !) ou dans celle de la femme et des couples : l'exemple le plus croustillant est celui de Produit du futur où le héros se rend par hasard dans le futur et achète une femme en kit (p. 122), la vendeuse lui fait l'article :

"Eh bien, le kit normal contient une femme normale, alors que le kit de luxe vous propose une femme de luxe. Jamais de harcèlement... jamais de disputes... ne s’oppose jamais à ce que vous restiez tard avec les copains... sourit toujours... cuisine divinement... coud... vous adore en tout... obéit à tous vos désirs. En d'autres mots, la femme parfaite !"

No comment.

Un pur bonheur que ces BD ressurgies du passé, auxquelles on regrettera juste (comme le font remarquer les chroniques ci dessous) l'absence d'introduction. Bref une magnifique surprise ! Il ne reste plus qu'à attendre le deuxième tome (prévu courant de l'année).

Des chroniques ici et là.
 
À qui l'offrir ? 

- aux fans de oldies but gooddies...;
- aux accros de Temps X et des vieux films de SF qui passaient en deuxième partie de soirée de la Dernière Séance présentée par Eddy Mitchell : Le jour où la terre s’arrêta, Les survivants de l'infini, Les monstres attaquent la ville, L'homme qui rétrécit...


Pour prolonger la lecture :

Si vous avez aimé le tome 1 de Weird Science, vous aimerez peut-être : 


- Fantômes et farfafouilles de Fedric Brown. Fedric Brown est le grand maître de la short short storie avec un art consommé de la chute.






- Guerre aux invisibles d'Erik Frank Russell. J'en ai déjà parlé .











- Les fans de vintage se plongeront avec délice dans Rétro-futur, déjà chroniqué ici.

Commentaires

  1. oups et en plus nous avons sensiblement le même âge !

    Ah oui les Frères Bogdanov, temps X, la quatrième dimension toute ma jeunesse !
    ( avec Star Trek, Galactica, cosmos 1999 aussi )

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui (ce qui ne nous rajeunit pas soit dit en passant...) Il y avait aussi Le prisonnier le samedi soir en deuxième partie soirée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai fait des sacrés cauchemars avec les boules qui sortent de l'océan d'ailleurs.

      Supprimer
    2. Oui, mais qu'est ce que c'était bon...!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sobibor - Jean Molla

Telegraph Road - Dire Straits

Le feuilleton d'Hermès - Murielle Szac