Sept génies, voyage au centre de la littérature - Vincent Laisney





La critique littéraire est une bibliothèque en soi.

C'est un monde, une pluralité de mondes. Des océans ou des abysses, la métaphore géographique est féconde. Empli d'écoles, de lectures et contre-lectures. De modes et de tocades, qui passent et qui repassent.
De biographies monumentales en ouvrages définitifs, de lectures transversales en intertextualité, de panoramas synchroniques en plongées diachroniques. Les livres sur les livres s'empilent, se superposent, s'écrasent, voire se stratifient jusque faire écran entre le lecteur et l’œuvre.


Un ouvrage de plus dira-t-on. Oui, et non.

L'ouvrage de Vincent Laisney fait totalement partie de cette galaxie (la métaphore géographique, encore) mais tel un pulsar, il se veut un guide. Et c'est là, à mon sens, qu'il réussit le mieux. Le projet de montrer l'unité de la culture européenne annoncé en introduction est vite oublié par la suite et somme toute de peu d'intérêt au regard de ce que propose l'ouvrage in fine.

Vincent Laisney, moderne Charon, nous prend par la main pour rencontrer ces sept génies de la littérature. Tel Dante dans les enfers (non pas de la littérature consacrée, mais plus justement de la littérature effectivement lue) il nous les fait rencontrer et, dans un mélange assez ingénieux et savamment équilibré de biographie et d'analyse textuelle, il réussit à nous donner à voir qui sont ces hommes, ce qu'ils ont écrit et pourquoi ils l'ont écrit.
Tel un Hermès psychopompe, il nous les fait regarder à hauteur de texte et d'homme. Et on comprend alors pourquoi ces textes n'ont pas usurpé leurs réputations de classiques universels. Sherpa de la littérature, V. Laisney nous donne envie de nous attaquer à ces montagnes extraordinaires.
Probablement échouerai-je devant l'Ulysse de James Joyce à la prochaine lecture ou le Faust de Goethe. Et si auparavant je me représentai ces textes comme des manques à un parcours imposé, comme de probables pensum, je sais que maintenant, j'ai envie de les lire. Et ça, ça n'a pas de prix.

Une autre critique ici.

Mention spéciale aux éditions Impressions nouvelles que je ne connaissais pas : belle édition et beau travail, à suivre donc...

Si vous avez aimé Sept génies vous aimerez peut-être :


L'art de raconter de Dominique Fernandez, un autre de ces amoureux de la littérature qui, dans un tout autre style, sait partager ses coups de cœurs littéraires, ses amours de papiers avec enthousiasme et sans jargon.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sobibor - Jean Molla

Telegraph Road - Dire Straits

Le feuilleton d'Hermès - Murielle Szac