La Brigade chimérique - Serge Lehman, Fabrice Colin, Gess, Céline Bessoneau



 
L'histoire : mars 1939. Le docteur Mabuse et son armée de crânes ont créé une ville en quelques mois en plein cœur des alpes autrichiennes ; Frédéric et Irène Joliot-Curie, perpétuant le travail de Marie Curie à l'Institut du Radium sont en butte à l'accusation de communisme et de collusion avec "Nous autres" l'entité collective qui a pris le pouvoir à l'est ; le Nyctalope, protecteur de Paris s'oppose aux Curie tandis que Georges Spad, jeune et mystérieuse écrivaine est habitée de voix et rencontre Jean de Séverac ancien médecin des tranchées qui sort de 16 ans de coma passé à l'Institut du Radium...

La Brigade chimérique n'est pas une lecture facile.

Agacé par un plan média un peu trop bien huilé à l'époque et le tam-tam d'une blogosphère souvent sensible et complaisante à l'entre-soi du petit milieu de la SF, ma première lecture de La Brigade chimérique fut une rencontre ratée. Je n'y ai vu alors que les défauts de l’œuvre.



Ce n'est que la découverte récente de Masqué du même Lehman qui m'a poussé à retenter la lecture de La Brigade.

C'est bien là la grande qualité et le plus grand défaut de La Brigade. Œuvre hyperéférentielle elle traduit le projet de S. Lehman de penser la disparition des super-héros européens (pourtant fort présents dans la littérature de la première moitié du XXe siècle) au profit des super-héros américains. Elle devient un jalon incontournable de la volonté de créer une mythologie superhéroïque spécifiquement française.

La Brigade postule l'existence de tous les super-héros européens : le Nyctalope, le Passe-Muraille, le Golem... et en particulier l'émergence de certains d'entre eux comme le résultat d'expérimentations durant la 1ère guerre mondiale, aux côtés de super-méchants avec à leur tête le docteur Mabuse. L'évidente culture littéraire des auteurs déborde de chacune des cases de La Brigade : Grégor Samsa, Breton, Spad... font autant de caméos ou sont au cœur de la mécanique narrative de Colin et Lehman. La volonté de faire système est implacable, totalisante. Elle boursoufle et sature l'histoire. Renvoyant ainsi le lecteur à sa nécessaire, trop évidente ignorance de toutes les références mobilisées.
Le récit est prodigieux car il crée une réécriture quasi-démiurgique de l'histoire de l'immédiat avant-guerre. Il n'a juste pas l'élégance de le faire avec humilité. Elliptique de par ses partis pris narratifs (nous nous situons forcément après un âge d'or, là encore, référence, aux Watchmen en l'occurence) et graphiques (la narration est loin d'être fluide), La brigade impose une attention de tous les instants... et parfois une loupe.
On ne peut que reconnaitre l'originalité et la puissance graphique. Malheureusement, le style même du graphisme, froid et distant, et les parti-pris éditoriaux, les cases et le format de l'ouvrage sont à mon sens beaucoup trop petits, brident sa réception. Même les pleines pages peinent à se déployer et à donner toute la puissance qu'elles devraient inspirer.
Et pourtant, quelle histoire ! La résolution dans le 6e tome qui montre comment la Brigade chimérique fait face à ses alters-égo(s) démoniaques est proprement stupéfiante. Les auteurs relient tous les fils et la fin justifie à elle seule tous les efforts qu'il faut surmonter pour aller jusque ce tome.

Le bilan est donc mitigé. La Brigade est intelligente, trop probablement. C'est pour cela qu'elle échoue me semble-t-il à renouer avec le feuilleton populaire auquel son découpage renvoie. Impressionnante mais aussi intimidante, La Brigade est à la fois une somme, une œuvre synthétique et fondatrice. Boursouflée, saturée, excessive et elliptique La Brigade chimérique est une œuvre originale et inspirée qui mérite le détour et... une attention soutenue afin de compenser des faiblesses qui n'en facilitent pas l'accès.

A qui l'offrir ?

- aux fans de littérature du début du XXe siècle
- aux fans de super-héros

Si vous avez aimé La Brigade chimérique, vous aimerez peut-être


 - Masqué de S. Créty et Serge Lehman. En quatre tomes S. Lehman poursuit sa volonté de créer une mythologie superhéroïque dans un futur proche et français. L'univers graphique est très différent et, à mon sens, plus accessible et surtout plus pertinent.


- La Brigade chimérique c'est aussi un jeu de rôle.



- Watchmen de Alan Moore. Une œuvre majeure et crépusculaire sur la fin des super-héros. Un décryptage incontournable de la psyché américaine.










Les ouvrages sur les super-héros sont légions. Je retiens la collection La bibliothèque des Miroirs-BD aux Moutons électriques qui creuse avec bonheur le sillon de l'analyse des comics et de la bande dessinée.



Enfin, le très beau livre de S. Carletti et J.M. Lainé, Nos années Strange

Commentaires

Articles les plus consultés